Chapitre 3

Aller en bas

Chapitre 3

Message par Néo le Dim 18 Nov - 19:19

>►>►>►>► Chapitre 3 ◄<◄<◄<◄<


Neutiquam Erro
Fire Emblem Radiant Dawn - Neutiquam Erro


Malaënn et Lobak ont sauvé un groupe de dragons d’une attaque de braconniers. Les voyageurs apprennent à Malaënn un sombre secret sur les humains. En réalité, les rois et les seigneurs encouragent la chasse aux dragons. Ils ne peuvent pas officiellement guerroyer à nouveau contre les dragons, car ce serait trahir le pacte qu’ils ont signé avec Banyu. Aussi, ils préfèrent encourager en secret les braconnages. Malaënn a du mal à y croire, et espère se faire sa propre idée en arrivant au village d’Alkim.

Chapitre 3 : Alkim

Village d’Alkim…

Escale
The Witcher 2 EE OST - A Tavern on the Riverbank


Voyageur : Ohé !

Villageois : Ah, tu es de retour ! Bienvenue !

Villageois : Tiens, qui sont ces gens ?

Voyageur : Cette dragonne et ses compagnons nous ont sauvés d’une attaque de braconniers.

Villageois : Oh, vraiment ? Un grand merci à vous ! Bienvenue à Alkim, faites ici comme chez vous !

Malaënn : Euh, merci.

Lobak : C’est trop aimable.

Villageois : Tiens, mais… seraient-ce des humains ?

Voyageur : Eh oui ! Ce sont ses amis, c’est en partie à eux qu’on doit la vie.

Villageois : Des humains, amis avec des dragons ? C’est incroyable !

Villageois : Quand on sait ce dont sont capables les humains pour nous faire du mal… ça ne m’étonnerait même pas que cette amitié soit un mensonge pour permettre à cet humain de nous infiltrer pour tous nous tuer !

Malaënn : Non, vous vous trompez ! Lobak n’est pas comme ça.

Lobak : Tss…

Villageois : C’est vrai, petite. Il faut toujours se méfier des humains. Même quand ils font mine de s’être assagis… ils n’attendent en fait que le moment où nous baisserons la garde pour nous égorger. Tu es sûre que cet homme est digne de confiance ?

Malaënn : Mais, oui ! Bien sûr ! Il était tout bébé quand on l’a recueilli, il n’a pas connu d’autres humains. Je suis en quelque sorte sa seule famille. Il ne peut pas vouloir de mal aux dragons !

Villageois : En voilà une histoire étonnante ! Peut-être que tu as raison alors, il est peut-être vraiment digne de confiance. Mais moi, à ta place, je ne l’aurais jamais recueilli : je l’aurais tué tant qu’il était bébé.

Malaënn : Quoi ?

Villageois : Imbécile. Tu aurais assassiné une créature sans défense ? Alors tu ne vaux pas mieux que les êtres humains.

Villageois : C’est vrai, ça. Nous les dragons ne sommes pas des meurtriers, comme ces humains. Un dragon qui se respecte aurait laissé ce bébé là où il l’a trouvé, il ne l’aurait pas tué.

Villageois : C’est vrai, tu as raison !

Lobak : Qu’est-ce qu’il faut pas entendre !

Malaënn : Désolée, Lobak, je ne savais pas que les dragons avaient une telle défiance envers les humains !

Voyageur : Je vous l’avais dit, les dragons ont une grande méfiance à l’égard des hommes, car ils savent de quoi ils sont capables. Tu es jeune, Malaënn, tu ne dois pas garder de souvenir de l’époque où la guerre n’était pas terminée. Mais les adultes se souviennent de cette période, et des horreurs dont sont capables les humains. Les braconniers peuvent se montrer cruels, c’est vrai : mais ce n’est rien à côté de la cruauté dont est capable l’être humain. Tu ne l’as jamais vue. Mais tous ceux qui s’en souviennent sont convaincus que la paix est factice : la nature humaine est mauvaise. Les hommes attendent patiemment la mort de Banyu pour reprendre la guerre, et, en attendant, se contentent de nous faire agoniser à petits feux avec leurs braconniers.

Malaënn : C’est terrible. Je ne savais pas… je ne savais pas que l’homme était si mauvais que ça… Mais, pourtant, il y a des hommes bons ! Lobak et Paulo ne feraient jamais de mal aux dragons !

Voyageur : Lobak a été élevé avec toi, et Paulo n’est encore qu’un enfant, ce sont des cas particuliers.

Lobak : Si j’ai bien compris, je ne suis pas le bienvenu dans ce village, c’est ça ?

Villageois : Si, bien au contraire ! Nous avons tous compris que tu n’es pas un humain comme les autres, et que tu ne nous feras pas de mal. C’est juste que certains ont une telle crainte à l’égard des humains, qu’ils ne pourront te faire confiance, mais ce n’est pas grave. Il ne faut pas te sentir gêné !

Lobak : Merci de le préciser, c’est vrai que je me sens tout à fait bien accueilli ici…

Malaënn : Ah, mais, j’y pense ! Pourrais-je parler à votre chef ? Il faut que je l’informe que nous avons récemment repéré des monstres.

Villageois : Des monstres ? Ici ? Hum… suivez-moi.



L’esprit serein
Fire Emblem Fates - Pray to the Dark


Chef : Vous dites que des monstres se promènent dans notre région ?

Malaënn : Oui, c’est exact. C’est peu probable, mais il se pourrait qu’ils attaquent votre village.

Chef : C’est gentil de nous avoir prévenus. Toutefois, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Mon village compte de nombreux dragons. Si des monstres nous attaquaient, nous les réduirions en cendres assez facilement. Les montres n’ont pas vraiment de stratégie pour attaquer, vous savez ? Ce n’est pas comme les humains : nous craignerions bien plus une attaque humaine.

Lobak : Et c’est reparti, on connaît la chanson !

Chef : J’ai bien compris ton histoire, Lobak, je sais qu’il n’y a pas lieu de se méfier de toi. Mais rends-toi bien compte, que, si des braconniers se préparent bien, ils peuvent attaquer notre village alors même qu’ils sont moins nombreux que nous.

Malaënn : Comment pourraient-ils gagner, je croyais que les dragons étaient plus forts que les humains ?

Chef : Notre force est notre faiblesse ! Ou plutôt, disons qu’au contraire, la faiblesse de l’homme est son atout : comme il n’a pas de griffe ni de croc, il a dû faire preuve d’ingéniosité pour inventer toujours de meilleures armes : les épées, les lances, les haches… Aujourd’hui l’homme a des armes efficaces contre chacune des créatures vivantes : l’arc contre l’aigle, le harpon contre la baleine… et le feu contre les dragons ! Oui, nos écailles sont solides face aux lames des épées et des lances, mais en retour craignent le feu comme la peste. Il suffirait de quelques lanceurs de feu pour mettre en déroute un bon nombre de dragons.

Malaënn : Je comprends. Je ne savais pas tout ça…

Chef : Tu es jeune, c’est normal. Mais maintenant que tu le sais, tâche de t’en souvenir. Cela étant dit, je te remercie pour nous avoir prévenus, même si, comme je te l’ai dit, la menace des monstres n’est pas très inquiétante. Je vous en prie, restez donc vous restaurer et vous reposer dans mon village.

Malaënn : Oui, c’est très gentil.



Malaënn : Alors, comment te sens-tu Paulo ?

Paulo : Eh bien… je me sens bien.

Malaënn : Tu n’es pas trop dépaysé ?

Paulo : C’est vrai que ce village est très différent du mien. Les maisons ne sont pas pareilles, leur disposition est différente également. Pourtant je me sens à l’aise ici. Les dragons sont accueillants. C’est vrai que certains n’aiment pas les humains. Pourtant il me traitent avec respect. C’est bizarre…

Lobak : Qu’est-ce qui est bizarre ?

Paulo : Pour être franc… Mes parents m’ont toujours dit de me méfier des dragons. Ils me disaient que c’étaient des créatures sauvages, brutales et qui ne comprenaient pas les hommes. Pourtant, les dragons de ce village sont très différents de ce qui m’a été raconté.

Malaënn : Les hommes ont un mauvais a priori sur les dragons, tout comme les dragons se méfient des hommes… C’est tellement dommage ! On gagnerait pourtant tellement à mieux se connaître. Je suis sûre que nous pourrions nous épanouir l’un l’autre, mutuellement, si seulement nous nous côtoyions un peu plus. Pourquoi ne serait-il pas possible que nos deux peuples se rapprochent ?

Lobak : L’inconnu engendre la peur. Et la peur dissuade de connaître. C’est bête, mais je crois que c’est parce que nous ne nous connaissons pas assez que nous ne voulons pas davantage nous connaître.

Malaënn : Lobak… en fait, toi et moi sommes des exceptions. Peut-être que nous devrions utiliser notre expérience, pour encourager les humains et les dragons à se rapprocher ?

Lobak : Hum… Pourquoi pas ? Mais honnêtement, je ne suis pas du tout sûr d’être à la hauteur de cet…

??? : Alerte ! Alerte ! Nous sommes attaqués !

Crise
Fire Emblem 8 Remastered (by OrangaStang) - 38 Raid


Malaënn : Ah ? Ce doit être des monstres.

Villageois : Non ! Jeune dragonne noire… nous sommes attaqués par des humains !

Lobak : Peste ! Encore ces saletés de braconniers !

Malaënn : Lobak, Paulo, venez ! Nous allons aider les villageois à se défendre.

Lobak : Entendu.

Paulo : Très bien, c’est d’accord !



Braconnier : Allez-y, les gars ! Pas de quartier !

Malaënn : Mais… je ne comprends pas. On dirait que les braconniers ne sont pas seuls. Qui sont les hommes avec eux ?

Braconnier : Oh ! Mais c’est une dragonne noire. Eh bah ça, ça ne court pas les forêts ! Les gars, vous voyez celle-là ? Faites bien attention à la capturer vivante, on pourra la revendre contre son poids en or, au moins !

Braconnier : Youpi, on va être riches !

Malaënn : Arrières ! Reculez, sinon je vous tuerai tous !

Fiche technique du chapitre 3 :
• Carte tour allié : Premières armes
Fire Emblem 8 Remastered (by OrangaStang) - 10 Rise Above
• Carte tour ennemi : Malveillant perturbateur
Fire Emblem 8 Remastered (by OrangaStang) - 20 Assault
• Attaque : Attaque 1
Fire Emblem 8 Remastered (by OrangaStang) - 25 Attack
• Défense : Défense 1
Fire Emblem 8 Remastered (by OrangaStang) - 26 Defense
• Boss : Braconnier
Fire Emblem Rekka No Ken - Victory Now!

• Carte : Extérieur, moyenne. Forêts et plaines au sud pour un quart de la carte, où les ennemis sont déployés. Les trois quarts de la carte sont l’enceinte du village avec dominance de murs et pavés, mais aussi des forêts car les villages de dragons laissent la forêt s’y développer. Plusieurs maisons sont à visiter, et pour la première fois une boutique et une armurerie permettent de se ravitailler.
• Groupe allié, 4 unités : Malaënn, Lobak, Paulo, Fernam
• Groupe ennemi, 17 unités : Six T1 Bandit, deux T1 Combattant, quatre T1 Mercenaire, deux T1 Épéiste, un T1 Archer, un T1 Mage feu, un boss T1 Bandit du nom de Bardog (ne se déplace pas).
• Objectif : Tuer le boss
• Renforts ennemis : quelques T1 Bandit et T1 Mercenaire


Scène au début du tour 1 :

Une unité annexe sort d’un bâtiment.

??? : Ah ! Vous voici, canailles ! Vous n’avez pas honte de dépecer de nobles créatures pour satisfaire votre cupidité ? Ma lance de la JUSTICE pourfendra vos vices !

Lobak : Tiens, qui c’est ce gus ?

Malaënn : Aucune idée. Mais nous devrions aller lui parler. Qui sait, peut-être pourrait-il s’allier à nous ?

• Groupe annexe, 1 unité : Richard, T1 Chevalier (Lance fer, Javelot, Breuvage)
• Recrutements : Richard (parler avec Malaënn ou Lobak), Ambel, T1 Prêtre (Soin, Plante), à recruter en visitant une des maisons à sauver


Scène du recrutement de Richard :

Recrutement
Super Smash Bros Melee – Fire Emblem


Richard : Hardi ! Que me voulez-vous ?

Malaënn : Excusez-moi. Vous vous battez contre ces braconniers. Pourquoi ?

Richard : Ah ! Parce que, il en va de mon devoir ! Ces vils manants ne cherchent qu’à tuer des créatures innocentes pour leur profit. Un tel comportement est IMPARDONNABLE !!! Le glaive de la JUSTICE doit s’abattre de toute sa FORCE sur les sombres suppôts du démon ! Je suis Richard, le servant de la JUSTICE !

Malaënn : Richard… Je me nomme Malaënn. Voudriez-vous vous joindre à nous ? Nous aussi nous battons contre les braconniers. Qu’en dites-vous ?

Richard : Notre ennemi est le même ? Alors allions-nous ! Au nom de la JUSTICE ! Taïaut ! Sus aux infâmes dévots !

Scène du recrutement de Ambel :

Recrutement
Super Smash Bros Melee – Fire Emblem


??? : Hum… excusez-moi. Pourrais-je savoir ce qui se passe ?

Lobak : Nous sommes attaqués. Des braconniers cherchent à prendre ce village.

Ambel : Je vois. Je me présente : je m’appelle Ambel. Je suis un moine en pèlerinage. Je me suis retiré dans les terres des dragons afin de purifier mon esprit. Mais le comportement de ces braconniers me dérange dans ma méditation, et m’indigne par leur bassesse. Laissez-moi me joindre à vous.

Lobak : Je veux bien, mais, savez-vous vous battre, mon Père ?

Ambel : Moi, qui me suis dévoué aux Dieux, je ne saurai attaquer : les servants de la Foi n’attaquent jamais par les armes. Ils peuvent toutefois guérir les blessures en invoquant la Sainte Lumière. Mon bâton de soin pourra vous servir, bien davantage qu’une épée ou une lance il me semble.

Lobak : Fort bien, c’est d’accord.



Pression
Fire Emblem Fates – Dark Fall


Mercenaire : Impossible ! Bardog est mort !

Mercenaire : Je n’en reviens pas. Sonnez la retraite ! Nous devons nous replier vers le campement.

Malaënn : Non, attendez !

Lobak : Suivons-les !

Les ennemis foncent vers le sud. Malaënn et Lobak se lancent à leurs trousses.

Mercenaire : Mais… ils nous pourchassent !

Malaënn : Revenez ! Je veux savoir…

Mercenaire : Laissez-moi faire.

Un des mercenaires reste en retrait pendant que les autres foncent vers le sud et quittent l’écran.

Malaënn : Vous ! Vous êtes des mercenaires, non ? Qui vous a payé pour vous allier à ces braconniers ? Qui ?

Mercenaire : … Je crois que cela ne regarde sûrement pas une sale dragonne telle que toi !

Lobak : Vous allez lui parler sur un autre ton, sinon, je vous égorge sur place !

Mercenaire : Oh, à peine sorti de l’enfance, et ça se croit déjà adulte ? Tu vas me faire pleurer de rire !

Malaënn : Et quel est ce campement dont vous parlez ? Il est loin d’ici ? Ou bien, plus proche qu’on ne le croit ? Qu’est-ce que des braconniers et des mercenaires fabriquent dans un campement en territoire dragon ? RÉPONDEZ-MOI !

Mercenaire : Quelle colère ! Attention, tu vas finir par me faire peur !

Malaënn prend sa forme de Dragon Noir.

Malaënn : Dépêchez-vous de me répondre ! Bientôt, je ne répondrai plus de mes actes !

Mercenaire : Tss… Je n’ai aucune chance, je dois bien le déplorer. Alors, ne m’en voulez pas pour ça… Et, à la revoyure !

Le mercenaire balance un fumigène blanc et s’enfuit dans une nappe de fumée opaque.



De retour au village :

Aube de cristal
Fire Emblem Fates – No Justice


Chef : Vous voulez dire que nous courons un grand danger ?

Malaënn : Cela ne fait aucun doute. Cette attaque n’était pas le seul fait de braconniers. Ils étaient clairement épaulés de mercenaires. Leur but était de raser entièrement ce village de la carte.

Lobak : Et ils y seraient parvenus sans l’aide de Malaënn… et de ce chevalier, qui nous a bien aidés, il faut le reconnaître.

Richard : Ce n’est que JUSTICE !!!

Malaënn : La question qu’on peut se poser, c’est qui a bien pu payer ces mercenaires ? Il faut vraiment le vouloir, pour débourser une somme si importante juste pour massacrer des dragons, cela ne peut être le fruit du hasard.

Chef : Je vois. Malaënn, tu commences à te rendre compte du problème… Ces mercenaires ont du être envoyés par quelque seigneur, voilà tout.

Malaënn : Peut-être, mais il semble que cette attaque ne soit pas isolée. À la fin du combat, je les ai clairement entendus parler d’un campement. Dans ce campement, les braconniers et les mercenaires doivent se préparer à une attaque de plus grande envergure !

Chef : Effectivement, cela a de quoi être inquiétant. Mais que pouvons-nous bien faire ?

Malaënn : Nous allons chercher ce campement, et nous arrêterons les braconniers avant qu’ils mettent leur plan en œuvre.

Chef : Mais, comment ?

Malaënn : Les ennemis ont fui vers le sud. De toute évidence, ce fameux campement se trouve dans cette direction.

Chef : Cela semble logique. Mais que ferez-vous une fois que vous y serez arrivés ? Serez-vous de taille pour battre tout un groupe organisé ?

Lobak : Malaënn n’est pas seule, je suis avec elle. Et nous avons plusieurs compagnons désormais pour nous aider dans cette tâche.

Chef : Je vois. Dans ce cas… je m’en remets à vous. Mais je ne peux pas vous laisser partir comme ça. Torg’am ?

Torg’am : Oui, chef ?

Chef : Tu vas te joindre à eux.

Torg’am : Entendu.

Chef : Torg’am est le meilleur guerrier de notre village ! Il vous sera utile dans votre quête. Prenez également ceci.

Malaënn : Cette bourse est bien remplie !

Chef : Vous aurez besoin de fonds pour acheter des vivres et entretenir les armes de vos amis humains. C’est une somme conséquente, mais c’est avec la joie au cœur que je vous l’offre.

Malaënn : Dans ce cas, merci de tout cœur ! Nous chasserons ces braconniers de ces terres, je vous le promets. Lorsque ce sera fait, nous reviendrons vous annoncer que la menace est annihilée.

Lobak : Merci pour tout, et au revoir.

Chef : J’espère vous revoir, tous, en bonne santé…

• Recrutement automatique de Torg’am (Dragon Rouge, Dracopierre, Breuvage, Eau pure)
• Obtention de 5 000 écus

Sauvegarde proposée
avatar
Néo
Admin

Messages : 60
Date d'inscription : 18/04/2018
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur http://fireemblemfanfiction.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum